SERIE D’ETE : Nouveau repère bobo, Malakoff (92) a vu ses prix monter de 7,2 %, en l’espace d’un an. L’ancienne ville industrielle connaît une révolution : avec des prix moyens autour de 6.000 euros le mètre carré, les acheteurs des 14ème et 15ème arrondissements se ruent sur les petites surfaces et les maisons de ville.

Au sud de Paris, Malakoff porte encore les marques d'une industrialisation passée, avec ses logements en briquette et ses anciennes manufactures. Communiste depuis la Seconde Guerre mondiale, la commune, qui accueille plus de 40 % de HLM sur son parc immobilier, vit actuellement une profonde transformation sur le marché privé.

 

Populaire pour certains, « bobo » pour d'autres, elle attire depuis quelques années une nouvelle clientèle d'artistes et d'enseignants, principalement originaires des 14ème et 15ème arrondissements de Paris. En un an, la ville des Hauts-de-Seine a enregistré une spectaculaire augmentation de la demande, mais surtout des prix (+7,2 % selon MeilleursAgents).

Le nombre de transactions explose

Avec des prix moyens de 4.000 à 7.700 euros le mètre carré selon les quartiers, la commune reste bien moins chère que ses voisines, Issy-les-Moulineaux et Montrouge. « Parmi nos clients, nous avons énormément de familles, qui recherchent des maisons à proximité de Paris. Il y a aussi des primo-accédants, avec des budgets autour de 300.000 euros », affirme Mark Denman, directeur de l'agence ERA de Malakoff. En un an, le nombre de transactions de son réseau immobilier a fortement augmenté : près de 20 % de ventes supplémentaires par rapport à la même période en 2016. « Toutes les agences immobilières de la ville sont dans une période de déstockage, confie Mark Denman. Les acquéreurs sont nombreux, et on écoule une très grande partie de nos biens à la vente ».

Les biens en question sont généralement des studios, des T2/T3 ou encore des petites maisons, très nombreuses sur la commune. Mais pour trouver son futur chez-soi, la concurrence est rude. Les logements au prix peuvent parfois être vendus en l'espace de quelques semaines, voire de quelques jours. « Il y a actuellement quatre acheteurs pour un bien, contre trois acheteurs l'an dernier, explique un agent immobilier sur Malakoff. C'est pourquoi les acquéreurs ne négocient quasiment plus ».

Un marché de report pour toutes les bourses

 

Source : Prix immobilier Malakoff par MeilleursAgents.com


« Les acheteurs de Malakoff recherchent le charme de l'ancien qu'ils n'ont pas forcément les moyens de se payer à Paris », commente un expert du marché immobilier. Beaucoup de constructions datent en effet des années 1960-1970, comme dans le secteur « Etienne Dolet », du nom de la station de métro de la ligne 13. Avec des prix avoisinant les 5.500 euros/m² (selon MeilleursAgents), le quartier séduit les familles aux petits budgets.

 

Source de l'information : lesechos.fr  => cliquez-ici pour lire la suite

Source prix : Meilleurs Agents

Rédaction : Bernard BISSON/REA

Crédit photos : sources : lesechos.fr

 

Malakoff, Paris