C’est au baron Haussmann que Paris doit sa transformation en 860. Un visionnaire qui a définitivement donné un autre visage à la capitale. Les agents immobilier du réseau HOTIM, se sont intéressés à cette restructuration et vous proposent de partager avec eux leur attachement à Paris au travers d’un pan de son histoire.

UN PLUS GRAND NOMBRE D’ARRONDISSEMENTS

Dans un premier temps ce sont 20 arrondissements qui voient le jour à la place des 12 existants de l’époque. Pour ce faire, onze villages des faubourgs sont inclus dans ce nouveau découpage, alors qu’ils étaient jusqu’alors exclus de la ville. Des villages qui jouxtaient les fortifications édifiées en 1844 par Thiers et qui ont conservé des traces de leurs identités encore aujourd’hui.

LES VILLAGES ET FAUBOURGS REJOIGNENT PARIS

Montmartre, un quartier aux multiples visages

Connu comme l’un des plus symboliques de la capitale, Montmartre a été intégré à Paris en 1860. Il était alors composé de 36.000 habitants et sa diversité en faisait sa particularité. En effet, de belles maisons côtoyaient des cabanes en bois ainsi que les sans-abris ou encore les plâtres d’artistes maudits. Le vent permettait aux moulins de moudre le blé à côté des cabarets et des carrières de gypse. Un lieu unique sur les hauteurs de la capitale.

Bercy, le plus vaste marché de vins

Le quartier de Bercy devint un immense entrepôt de par sa proximité avec le port de la Rapée. Un passage obligé pour les grossistes où ils devaient d’acquitter d’une taxe. Bercy était alors le plus grand marché de vins de la capitale vers le milieu du 19ème siècle. Des témoins de ce passé demeurent encore de nos jours avec les chais du Cour Saint-Emilion ou encore un immeuble dans lequel est désormais installé le Musée des Arts Forains. Bercy vit également de nombreuses guinguettes s’installer dans son quartier, motivées par cette activité vinicole.

Passy, un lieu de villégiature

C’est aujourd’hui un quartier de standing du 16ème arrondissement, mais ce fut auparavant un village très agréable où nombre de personnalités aimaient à venir se détendre. Des moines minimes avaient également choisit Passy pour installer leur couvent. Avec des prairies, de belles demeures bourgeoises et des châteaux à tourelles, ce lieu sentait bon la campagne. Une atmosphère qu’il est encore possible de ressentir de nos jours dans la rue Berton, par exemple.

Ménilmontant un hameau de Belleville

Ce sont pour ses lilas, ses vignes et de jolies petites cascades que ce quartier fut baptisé Belleville. Situé sur les hauteurs de Paris, ce village de Paris, était sans aucun doute l’un des plus importants. Indépendant jusqu’en 1860, Belleville avait en effet été qualifiée de 13ème ville de France. Ses habitants étaient alors essentiellement des ouvriers des carrières, devenues les Buttes Chaumond. Avec des guinguettes et des vignes, les fêtards appréciaient tout particulièrement ce quartier. Ménilmontant, aujourd’hui dans le 20ème arrondissement, était alors un hameau de Belleville.

Charonne dont il ne reste que peu de choses

Au 19ème siècle, ce village accueillait des fabriques de colle, d‘allumettes, de cuir et de chapeaux. Mais la plus importante fut dans la Rue Aumaire, la manufacture de bougies. A cette époque les habitants, pour la plupart des artisans et des ouvriers, représentaient 17.000 habitants. Aujourd’hui, seuls l’église, le cimetière et deux rues piétonnes demeurent, mais permettent malgré tout d’imaginer l’ambiance particulière de ce quartier, essentiellement fait de maraîchages et de vignes.

Auteuil, apprécié des bourgeois et des nobles

Sa proximité avec le Bois de Boulogne, valut à Auteuil d’être très apprécié par la bourgeoisie et la noblesse du 19ème siècle. Il est resté un quartier très cossu du 16ème arrondissement.

Batignolles pour une bouffée d’oxygène

Avant qu’en 1860 ce quartier soit annexé à Paris, Batignolles possédait une mairie, une église, un marché ainsi qu’un théâtre. Un quartier réputé pour la pureté de son air que les habitants et visiteurs peuvent toujours apprécier en se promenant dans le square du même nom.

Grenelle dont il ne reste que peu de traces.

C’est en 1830 que la commune de Grenelle vit le jour dans le département de la Seine. De nombreuses fabriques y étaient installées, comme le fer, l’encre, le platine ou la poudre de chasse. La construction du quartier d’affaires Beaugrenelle et ses immenses bâtiments a fait disparaître la plupart des traces de cette ancienne commune. Seules quelques devantures de la rue du Commerce et la petite Eglise témoignent de ce passé villageois.

La Villette, un village fait de vignes, de vergers et de couvents.

C’est Napoléon qui fit construire un canal à La Villette rendu nécessaire du fait d’une grande sécheresse. Un canal qui vit disparaître les vergers et vignes pour être remplacés par les industries et des fabriques entre autres de bougies, de savons et d’allumettes. Lorsque ce village fut annexé à Paris en 1860 l’édification des abattoirs et du marché aux bestiaux commençait.

Vaugirard, un village où les potagers étaient nombreux

Au 19ème siècle, le village de Vaugirard comptait nombre de maisons, toutes possédant un potager dont les cultures étaient de très bonne qualité. 37.500 habitants y résidaient en 1860 dont la vie fut considérablement perturbée avec l’annexion du village à la capitale et l’arrivée de fabriques de toutes sortes.

DANS CHAQUE QUARTIER, HOTIM IMMOBILIER VOUS PROPOSE DES BIENS A VENDRE

Un large catalogue de biens immobiliers dans d’anciens villages de Paris

Chaque quartier de la capitale possède son histoire et son ambiance. Des lieux où les agents immobilier du réseau HOTIM peuvent vous faire découvrir des biens immobiliers de standing, offrant des prestations de qualité. Des quartiers dont les experts du réseau HOTIM seront ravis de vous apprendre l’histoire et les anecdotes.

Des visites sur simple demande

C’est avec grand plaisir que les professionnels du réseau HOTIM immobilier vous feront visiter les appartements, studios ou lofts à vendre dans ces différents quartiers de la capitale. Confiez leur votre projet immobilier, ils mettront toutes leurs compétences pour vous trouver celui dont vous rêvez.

A propos du réseau HOTIM IMMOBILIER A PARIS

Après avoir débuté en 1987 en qualité de négociateur immobilier et, en 1990, géré mes propres agences immobilières à Paris puis Nice en 2000, j'ai toujours pensé que la qualité professionnelle du mandataire immobilier était la vraie valeur ajoutée pour satisfaire les clients vendeurs et acheteurs. Si vous êtes un agent commercial immobilier indépendant et que vous souhaitez travailler à domicile alors REJOIGNEZ NOUS !

Yves HOTTOT
retrouvez-nous également sur notre site:
contact@hotim.fr ou au 04.22.13.06.55 du lundi au vendredi de 14 heures à 19 heures

 

75004 PARIS